Gendarmerie nationale du Burkina Faso

Historique

HISTORIQUE DE LA GENDARMERIE NATIONALE

La Gendarmerie Nationale du Burkina Faso est héritière de la Gendarmerie française dont les origines sont très anciennes. Les connétables, maréchaux et prévôts du Moyen-âge véritables magistrats armés disposait d’archers, d’hommes d’armes et des gens d’armes. L’ensemble de ces troupes fut appelé Maréchaussée parce qu’elles étaient placées sous l’autorité des Maréchaux de France.  

La Maréchaussée s’est développée au fil des temps en Compagnies de Maréchaussée pour ainsi voir apparaître les premières missions purement judiciaires de l’institution. Elle était soumise à un régime uniforme et payée par l’Etat. Les Compagnies de Maréchaussée se sont reparties en plusieurs Brigades échelonnées le long des routes.

Par la Loi du 16 février 1791, l’Assemblée Constituante disposait que la Maréchaussée porterait désormais le nom de Gendarmerie Nationale. Le terme était antérieurement appliqué à la grosse cavalerie de la compagnie d’ordonnances du Roi Charles VII.

Avant le démembrement de l’Afrique Occidentale Française (AOF), les possessions françaises composées de populations diverses étaient désignées sous l’appellation « Sénégal ». La garde d’honneur du Gouverneur d’antan (devanciers des Auxiliaires de Gendarmerie) étaient appelés Spahis sénégalais, c’est à partir de ces colonies de base que la Gendarmerie d’Outre-mer a été créée.

2 Juin 1939 :  Implantation du Poste de  Gendarmerie de Ouagadougou

2 Juin 1939 : Implantation du Poste de Gendarmerie de Ouagadougou

Par Décret impérial du 30 septembre 1854, le premier détachement de Gendarmerie de l’AOF débarquait dans la Colonie du Sénégal sous le commandement du Maréchal-Des-Logis SOUDAN. Nommé au grade de Sous-Lieutenant par Décret Impérial du 09 octobre 1861 et en 1872 au grade de Capitaine, il cédera sa place au Sous-Lieutenant SCHWLAM.

Le 11 juillet 1890, le premier détachement sera supprimé et remplacé plus tard par un autre détachement créé par Décret n° 244 en date du 10 juin 1899.

La réorganisation de l’AOF  entrainera l’implantation d’autres formations du même genre dans les colonies. Ces détachements prendront progressivement de l’importance pour finalement laisser place aux Groupements de Gendarmerie rattachés au commandement de la Zone d’Outre-mer N°1 ayant pour siège Dakar, capitale fédérale de l’Afrique Occidentale Française.

La Haute-Volta ancienne colonie française, n’était plus une entité administrative au moment de l’implantation des détachements sur son territoire. En effet supprimé par décret du 05 novembre 1932, elle est démembrée entre les colonies  de la Côte d’Ivoire, du Soudan Français et du Niger. La Région Mossi qui regroupait les cercles de Kaya, Tenkodogo, Ouagadougou et Koudougou était dirigé par un administrateur supérieur installé à Ouagadougou, relevant du Gouverneur Général à Dakar. Ainsi, il n’existait pas de Colonie française de Haute-Volta, mais des agglomérations bases d’implantation des Unités de Gendarmerie qui constitueront plus tard la Gendarmerie de la Haute-Volta.

Le premier poste de Gendarmerie sera implanté le 02 juin 1939 à Ouagadougou et régularisé le 29 août 1946 par arrêté n°3714 /CM du Gouverneur Général de l’AOF.

Bobo-Dioulasso, ville de la colonie ivoirienne bénéficie de son poste de gendarmerie le 23 février 1942.

Le 07 mai 1947 par arrêté n°1748/CM/ Gend du Gouverneur Général, un demi peloton de Gendarmerie à cheval était mis en place à Bobo-Dioulasso, commandé par le MDL/C LEBARS  et comptait  vingt auxiliaires de Gendarmerie. Ce  peloton était rattaché à la section d’Abidjan.

Après la reconstitution de l’ancienne colonie de la Haute Volta dans ses limites antérieures en  septembre 1947, L’arrêté n°4991/CM/GEND créé une section de Gendarmerie le 05 décembre 1947 avec pour siège Ouagadougou relevant du détachement central de l’AOF (Togo à Dakar) et commandé par le Capitaine PELLOUX Georges de 1947 à 1952

La section de Gendarmerie de Ouagadougou comprenait :

– le poste de gendarmerie de Bobo-Dioulasso,

– le demi-peloton mobile de gendarmerie à cheval de Bobo-Dioulasso,

– les deux pelotons mobiles de gardes de cercles stationnés à Ouagadougou,

– la Brigade  de  Ouagadougou.

De façon disparate, la Gendarmerie Nationale de Haute Volta venait de voir le jour.

1948 : création de peloton mobile de Gendarmerie à cheval de  Ouagadougou. Mis en place le 06 juin 1961 par arrêté n°3217/CAB/CM1 du haut-commissaire stationné dans l’enceinte actuelle du camp Paspanga

17 avril 1948 création de la Brigade de Gendarmerie de Gaoua par arrêté n°1750/CM1/GEND/Gouverneur Général,

1949 : création du poste de Gendarmerie de Banfora par décret n°2308 mise en place le 18 avril 1951

le 18 avril 1949 : création de Brigade de Dédougou par arrêté n°2036/CAB/CM1 du Gouverneur Général

23 novembre 1949 Brigade de Ouahigouya par arrêté n°5929/CM1 du Haut-commissaire, mise en place le 28 mars 1950

22 février 1950 : création de la Brigade de gendarmerie de Fada N’gourma par arrêté n°2694 du Haut-commissaire

11 mai 1951 : création de la Brigade Routière spéciale de Bobo-Dioulasso, chargée de la police de la route par arrêté de n°2694 /CM du Haut-commissaire

1er  mai 1952 : Mise en place de la Compagnie de Haute-Volta crée le 18 décembre 1951 par décret n°51-1455 qui érigeait la section de la Haute- Volta en Compagnie. Cette Compagnie regroupait la section de Ouagadougou et celle de Bobo-Dioulasso dont la création interviendra le 1er septembre 1952 et rattachée au détachement de l’AOF (Togo à Dakar)

A partir de 1952 on assistera au quadrillage du territoire par l’implantation de postes  et de brigades ci- après:

Le 26 novembre 1952 : création de la brigade de Tougan

Le 15 janvier 1953 : création de la brigade de Tenkodogo

En 1955 : création de la brigade de Koudougou, Dori et le poste de Yako,

En 1956 création du Poste de Gendarmerie de Boromo par arrêté n°9424/4/Z du 10 novembre 1956,

–  Le 14 février 1958 : création du poste de Nouna

En 1958, l’appellation compagnie est remplacée par celle d’escadron coiffant les unités départementales et mobiles (pelotons) des sections de Bobo-Dioulasso et Ouagadougou.

Après la proclamation de l’indépendance le 05 août 1960, la Gendarmerie Nationale de haute volta a été créée par la loi n°74/60/AN du 03 août 1960.

Le KITI n°AN VII-0078/FP/DPS du 27 octobre 1989 érige le corps de la Gendarmerie Nationale en Arme.

Après avoir été commandée par les officiers de l’ancienne métropole jusqu’au 28 octobre 1961 dont le dernier, le Lieutenant-Colonel PERRIN, le lieutenant SANOU Maurice sera le premier voltaïque à prendre le commandement de la compagnie de Ouagadougou.

LE GROUPEMENT DE GENDARMERIE DEPARTEMENTALE

Création de la Gendarmerie Nationale par la loi: n° 74/60/AN du 03 août 1960 qui crée la Gendarmerie Nationale de la Haute Volta en même temps que l ’Armée Nationale à partir des soldats voltaïques issus de l’Armée coloniale.

En janvier 1960 avec la création de la Compagnie républicaine de sécurité, le 28 octobre 1961, le Lieutenant Yemdaogo Michel DEME est commandant de la Gendarmerie Nationale par décret n°450/PRES. Il sera guidé dans son commandement par le capitaine DEYDE Eugène Lucien ancien adjoint au commandant du Groupe de Gendarmerie

Le 15 Octobre 1963, le Lieutenant SANOU Dafrassi Maurice est nommé à la tête de la Gendarmerie Nationale Haute-Volta par décret n°526/PRES/DN en date du 15 Octobre 1963.Ayant été le commandant de la Compagnie de Ouagadougou, il a été l’un des maillons dans l’organisation de la Gendarmerie au lendemain des indépendances.

Après les évènements de Janvier 1966 le Capitaine SANOU Dafrassi Maurice quitte le commandement de la Gendarmerie Nationale par décret n°69-0777/PRES/DN du 05 Juin 1969

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *